• > Classes bilingues, monolingues
  • > Projet spécifique transfrontalier (échanges, passeport linguistique)
  • > Projets scientifiques
BIENVENUE SUR LE SITE DU COLLÈGE SAINTE-MARIE à ST-JEAN-DE-LUZ

Classes à P.A.C. ...

... Suivez les épisodes !

En effet, ces projets artistiques interdisciplinaires, concernant tous les élèves de 5ème, ont des rebondissements tout le long de l'année. Dépendant du calendrier de chaque intervenant, ils évoluent durant douze heures, soit sur trois jours ou une semaine, soit sur plusieurs semaines. Durant cette période se sont des sorties à Hendaye, Sare et Billère qui vous sont racontées :

"Je suis la bête" : un titre intrigant pour une pièce de théâtre

     

En effet, quand les élèves de 5ème D ont assisté à ce spectacle, ils étaient en plein questionnement. Auparavant, la lecture des deux premiers chapitres du livre (mis en scène au théâtre) avait été faite en classe. Et les élèves se posaient des questions sur la fin de l'histoire, la mise en scène, le choix et le nombre de personnages... Mais, laissons-les s'exprimer :

" La salle de spectacle était grande, on était dans le noir. Il y avait des coussins en rond pour qu'on puisse s'assoir et au milieu de nous il y avait une comédienne qui racontait l'histoire."

"Plusieurs émotions se bousculaient alors dans mon esprit : de la surprise surtout, et aussi la soif de découvrir la suite."

"L'histoire parlait d'une petite fille qui a été enfermée dans une armoire. Elle pensait que c'était ses parents qui l'avaient abandonnée. Un jour une chatte rentra dans l'armoire pour mettre bas, mais ses chatons sont morts. La petite fille, qui avait très faim, les mangea. La chatte, qui avait perdu ses petits, accepta d'allaiter la petite fille. Petit à petit la petite fille commença à devenir une bête sauvage et sortit de l'armoire avec la chatte."

 

"S'ensuit alors une aventure des plus étrange et digne d'un conte."

"La conteuse était très douée ; elle mettait de bonnes intonations pour que le texte paraisse réaliste. Elle jouait en bougeant très peu. Et surtout, elle a appris son texte par cœur, en entier alors qu'il était extrêmement long."

"La comédienne jouait avec plaisir, on voyait qu'elle y mettait beaucoup de cœur, et c'est surtout ça qui m'a plu."

" Nous étions en cercle autour de la comédienne, ça nous a permis de mieux entendre ce qu'elle disait et vraiment de ressentir et de vivre pleinement tous les bruits autour de nous. Ce qui nous permettait vraiment d'être dans l'histoire."

"Autour de nous il y avait des personnes qui jouaient avec des instruments : contrebasse et violoncelle. Des personnes géraient la lumière et les effets spéciaux avec des tablettes et des ordinateurs."

"Des enceintes diffusaient tous les sons : musique, instruments, bruitage..."

"J'ai adoré vraiment le concept que l'on puisse s'assoir, s'allonger dans la salle. La musique était excellente car elle reflétait vraiment l'histoire..."

"J'ai ressenti de la tristesse."

"J'ai ressenti vraiment l'histoire et j'ai trouvé ça excellent."

"J'ai ressenti de la peur, et de la peine pour cette petite fille."

Lisa, Andoni, Cassandre, Sofiane et Lysa


"Machines sensibles" : Un projet en deux parties : Un atelier, une exposition.

"La sortie à Pau était assez particulière..."

"En arrivant, on a construit un robot. Pour le fabriquer, on a utilisé du polystyrène, de la colle forte, un demi bouchon, des feutres, des crayons, une pile et du fil. On a tout assemblé et le robot a avancé, dessiné et fait du vent."

        

"Les premières fois, le rendu sur papier qu'avait dessiné le robot n'était pas très beau. Mais après avoir essayé plusieurs fois, on a fini par y arriver."

"J'ai apprécié l'atelier parce que ça nous a fait réfléchir dans quel sens il fallait mettre le gobelet, les crayons (ou feutres). Ce que j'ai apprécié c'est qu'à la fin nous avons tous réussi à faire ce fameux robot et surtout avec tout le matériel qu'on nous a prêté."

         

"L'exposition "Machines sensibles" m'a plu parce que mélanger l'utilité des machines à une création artistique est une idée ingénieuse. Je pense que je suis un peu jeune pour comprendre tout ce qu'ont voulu dire les artistes mais cette exposition était malgré tout intéressante. J'ai aimé voir l'évolution des machines."

"Il y avait de nombreuses œuvres, la première était un torse avec dedans tous les organes du corps humain... la deuxième était deux boîtes qui se battaient, la troisième, une multitude de plans de manèges imaginaires qui n'existent pas. Puis, nous avons vu des caméras de surveillance qui voulaient exprimer l'état d'esprit des voleurs... Puis dans une autre pièce, il y avait aussi un voleur avec tout le décor d'une scène de crime. La cinquième œuvre était des fils de fer emmêlés qui voulaient représenter la nature, avec de nombreux bruits de cigales et d'autres insectes, puis la dernière œuvre était des sortes de cellules rouges projetées sur un mur..."

        

"Avec cette exposition, les artistes veulent nous sensibiliser à la violence et au fonctionnement du corps humain."

"La journée était très bien car nous avons appris à fabriquer des robots qui dessinent et à découvrir, penser les idées qu'ont les artistes dans leur tête pour faire de si belles œuvres."

"Les œuvres étaient incroyables à voir parce que ça nous a appris que : si on veut, on peut le faire. C'est ce que j'ai beaucoup aimé !"

     

"Les livres déchirés avec les cagoules et les armes au sol m'ont fait pensé au terrorisme. Je crois que cette exposition servait à lutter pour la liberté d'expression."

"La visite était très courte et j'aurais aimé passer plus de temps à l'atelier des D-Robots."

"Cette exposition, pour moi, était assez particulière parce que je m'attendais pas du tout à ça, mais sinon j'ai trouvé ça trés inventif et bien recherché. Merci beaucoup à Mme Alaman, Mme Gurrutxaga et Mme Larrandaburu pour nous avoir offert ce petit voyage à Pau !"

Les élèves de 5ème D

Les 5èmes A en concert : La découverte d'un chanteur basque

Le 14 Octobre, direction Hendaye, les 5°A vont découvrir les chansons de l'album : "Zara" de Peïo Serbielle. 

     

  

Les thèmes de ses chansons, en basque, racontent des personnages de son entourage. Patrick Bebe, originaire du Rwanda en Afrique de l'Est, accompagne au piano le chanteur durant les concerts. Il est aussi joueur de Sanza, instrument africain, constitué de fruit ou de carapace de tortue. Il nous a raconté une histoire :

     "Un jour Dieu se gratta la tête et vit son imagination au bout de ses doigts. Il lui demanda alors de trouver quelque chose qui occuperait son temps. L'imagination lui pose cette question :  "Toi, Dieu, tu t'ennuies ?" Dieu s'énerve et l'imagination se met à chercher. Elle lui présente un instrument qui se nomme : "la Sansa". Dieu pose son doigt sur une corde et la Terre est créée. Chaque corde sollicitée donne naissance à des hommes, des enfants, des arbres..."

Anthony, Ainhoa et Eva

 

 

 

 

 

 

 

2017-11-25 13:29:00